11/12/2012

Se révolter ou s'adapter : quand le projet et la demande de la personne n'ont pas de place

 témoignage.jpgMadame B. organise des séjours de vacances pour les personnes en situation de handicap moteur sur la région des Pays de la Loire. Elle nous explique à quel point les prises en charges infirmières ont été compliquées à organiser.

 "J'ai organisé un séjour de 5 jours au Pouliguen (44) pour 8 personnes. Notre objectif était d'offrir à chacun de vraies vacances avec un rythme sympa et de nombreuses activités. Tout a été super, sauf la partie des soins infirmiers qui nous a vraiment compliqué le séjour, et la partie aide humaine qui nous a rappelé la triste réalité de ce que subissent les personnes dépendantes :

- déjà, ça n'a pas été simple de trouver un cabinet infirmier qui accepte d'assurer les soins d'un des vacanciers, car plusieurs répondaient ne pas avoir de place,

- quand on a trouvé un infirmier, il a refusé de se déplacer sur notre lieu de vacances : il a fallu qu'on l'accompagne au cabinet, aux heures imposées par l'infirmier : les heures de repas tant qu'à faire !

- je m'étais bien assurée par téléphone que le cabinet était accessible, et pourtant, en arrivant sur place : une marche !

Pour la partie aide humaine dont avaient besoin 5 vacanciers, là encore c'est nous qui avons du nous adapter aux exigences du prestataire. Il nous a imposé le coucher à ... 19h15. C'est lamentable. On devait se dépécher de rentrer, de diner en quatrième vitesse pour être prêt et être mis au lit à 19h15...

Ce séjour était une vraie bouffée d'oxygène pour les personnes elles-même, mais aussi pour leur entourage qui bénéficiait ainsi de quelque jour de répis. Mais franchement, qui a envie de se coucher à 19h15 en vacances ?

Une fois encore, ce sont les personnes dépendantes qui sont soumises aux exigences et aux contraintes imposées par les professionnels du soins et de l'aide à la personne. "

Commentaires

Je vous rejoins sur ce problème. On ne prends pas assez en compte les personnes handicapées et leurs familles.
Il y a un manque de flexibilité du personnel soignant et un manque également d'infrastructure adapté en général (bien qu'ils y aient de gros efforts qui ont été fait).
Il va falloir du temps encore pour trouver l'équilibre nécessaire pour permettre aux personnes handicapées de profiter de soins de qualité et sans contraintes.

Écrit par : elisse @ garde personne agée de nuit | 13/12/2012

Merci bien pour ces infos , très intéressantes et que on doit savoir

Écrit par : devis mutuelle | 14/12/2012

Merci bien pour ces infos , très intéressantes et que on doit savoir :)

Écrit par : devis mutuelle | 14/12/2012

Les commentaires sont fermés.