24/01/2012

POURQUOI CE BLOG ?

Un blog pour un accès :

- aux soins pour tous (enfants, adultes, personnes valides ou en situation de handicap)

- aux établissements et services pour personnes âgées et personnes en situation de handicap

 

La Déclaration Universelle des Droits de l'Homme affirme, dans son article 25 que "Toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être, et ceux de sa famille..."


L'APF milite pour une société inclusive. L'inclusion, c'est un nouveau modèle du « vivre ensemble », qui permet de vivre tous ensemble, sans laisser personne sur le bord de la route.

 

C'est ce nouveau modèle de société qui porte l'action de l'APF au travers son nouveau projet associatif "Bougez les lignes" (Cliquez ici)


L'APF est en ordre de marche pour faire bouger la société : bousculer les représentations, faire évoluer les idées reçues, les cadres établis, en vue de construire une société ouverte à tous, dans laquelle chaque citoyen puisse jouir pleinement de ses droits et mener une vie décente !

 

L'APF agit au quotidien pour que ces principes vivent et ne restent pas lettre morte. Nous vous invitons donc à témoigner sur ce blog de votre expérience concernant l'accès à la santé : quelles difficultés rencontrez-vous ?

Le but de cette collecte de témoignage est de repérer les problématiques qui se répètent en matière d'accès aux soins (dans tous les domaines : juridique, relationnal, accessibilité, qualité de soin et d'accompagnement, etc). Ce recueil servira de base de construction de nos revendications pour que l'organisation de notre société en matière de soins évolue en faveur des patients.

 

faites entendre votre voix bonhomme bleu.jpg

 

"La santé est un état de complet

bien-être physique, mental et social,

et ne consiste pas seulement en une

absence de maladie ou d'infirmité". (*)


(*) Préambule à la Constitution de l'Organisation mondiale de la Santé, tel qu'adopté par la Conférence internationale sur la Santé, New York, 19-22 juin 1946 ; signé le 22 juillet 1946 par les représentants de 61 Etats. 1946 ; (Actes officiels de l'Organisation mondiale de la Santé, n°. 2, p. 100) et entré en vigueur le 7 avril 1948. La définition n'a pas été modifiée depuis 1946.

 

MODE D'EMPLOI

 

faites entendre votre voix bonhomme bleu.jpg

 

MODE D'EMPLOI

Votre témoignage sera traité par les administrateurs du blog et pourra faire l'objet d'un article mis en ligne. Pour cela, aucune information  personnelle, comme votre nom de famille ou vos coordonnées, ne sera utilisée, afin de respecter votre anonymat.  Un administrateur pourra vous contacter si besoin pour obtenir des informations complémentaires.

Le rédacteur s'engage à vous informer personnellement par courriel de la publication de cet article.

Dans le cas où, secondairement, vous ne souhaiteriez plus que votre témoignage apparaisse dans le blog, vous pourrez informer le rédacteur par retour de mail : blogsante.apfpdl@free.fr. Il s'engage à l'enlever dès que votre courriel sera lu et vous enverra alors un accusé de réception.

 

"La santé est un état de complet de

bien-être physique, mental et social,

et ne consiste pas seulement en une

absence de maladie ou d'infirmité". (*)


(*) Préambule à la Constitution de l'Organisation mondiale de la Santé, tel qu'adopté par la Conférence internationale sur la Santé, New York, 19-22 juin 1946 ; signé le 22 juillet 1946 par les représentants de 61 Etats. 1946 ; (Actes officiels de l'Organisation mondiale de la Santé, n°. 2, p. 100) et entré en vigueur le 7 avril 1948. La définition n'a pas été modifiée depuis 1946.

 

Quel système de santé après 2012 ? Le Ciss interpelle les candidats et sensibilise les citoyens

ciss.png79% des Français souhaitent  que l'accès aux soins soit au cœur de la présidentielle 2012 et considèrent la santé comme un thème de campagne prioritaire.

Dans une démarche de sensibilisation du public et d'interpellation des candidats, le Collectif Interassociatif Sur la Santé (CISS) propose sur www.quellesanteapres2012.org de retrouver, partager et commenter des éclairages associatifs et des avis d'experts par rapport à 3 enjeux de santé essentiels :
- Les difficultés économiques d'accès aux soins, à travers la question des dépassements d'honoraires
- Les obstacles géographiques à l'accès aux soins, en abordant les problèmes de désertification médicale
- Le défi de l'équilibre budgétaire de l'Assurance maladie, en conservant comme priorité absolue le maintien du financement solidaire de nos dépenses de santé.

Site participatif pour les internautes, www.quellesanteapres2012.org l'est aussi pour les candidats qui vont être formellement invités, par un courrier qui leur sera adressé dans le mois, à faire part de leurs propositions rendues ensuite publiques sur le site et ainsi exposées au débat jusqu'au moment des élections.

Pour lire le communiqué complet, cliquez ici

*Associations membres du Ciss : ADMD - AFD - AFH - AFM - AFPric - AFVS - AIDES - Allegro Fortissimo - Alliance du Coeur - Alliance Maladies Rares - ANDAR - APF - AVIAM - CSF - Epilepsie France - Familles Rurales - FFAAIR - FNAIR - FNAPSY - FNAR - FNATH - France Alzheimer - France Parkinson - Le LIEN - Les Aînés Ruraux - Ligue Contre le Cancer - Médecins du Monde - ORGECO - SOS Hépatites - Transhépate - UAFLMV - UNAF - UNAFAM - UNAFTC - UNAPEI - UNRPA - Vaincre la Mucoviscidose

Santé : les éclairages associatifs

quelle santé après 2012.jpgDépassements d'honoraires, déserts médicaux et financement du système : 3 sujets auxquels 7 associations apportent leur éclairage.


Cliquez ici.

 

Santé pour tous rime avec solidarité entre tous

investir solidarité recueil.jpgInvestir sur la solidarité, c'est l'appel interassociatif lancé ce mois-ci sous forme d'un recueil pour une société solidaire.


A l'origine de l'appel, un constat préoccupant : les conséquences sociales et humaines de la crise économique, les politiques sociales centrées sur des objectifs d'efficacité financière et une montée du repli sur soi fragilisent encore plus les publics déjà précaires mais aussi les associations qui les accompagnent.

 

Face à l'urgence et parce que tous les secteurs de la société sont de plus en plus touchés par cette perte de solidarité, les associations publient un recueil afin d'apporter des éclairages sur la nécessité de construire une société où la solidarité serait considérée comme un investissement pour l'avenir, et non comme un coût pour la société !

 

Nous vous invitons à consulter le chapitre "Santé pour tous rime avec solidarité entre tous...", page 33, ici


Pour visiter le site http://www.investirsurlasolidarite.org/, cliquez ici

 

21/01/2012

Droit des usagers du système de santé : rapport 2011

CNS rapport 2011 droit des usagers.jpgLa réflexion de la Commission nationale de santé (CNS) s'étend au respect des droits des usagers dans le secteur de la santé et aux modalités de leur mise en œuvre (Conseils de la vie sociale, désignation des personnes qualifiées, définitions des projets d'établissement, des projets de vie, etc.) au niveau des Etablissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) ou pour personnes en situation de handicap.


Les soins de ville et services à domicile font également partie du champ d'analyse. La nouvelle mandature de la CNS ne fait que commencer et la prise en compte du champ médico-social viendra nourrir progressivement l'ensemble de ses productions.


Rapport 2011 sur les droits des usagers : Pour une approche convergente des droits des usagers du système de santé, CNS, janvier 2012, 23 pages.

19/01/2012

Trouver un gynécologue en Vendée ? Il faut oublier.

témoignage.jpgMadame O. est enceinte, elle nous rapporte l'impossibilité de trouver un gynécologue pour assurer le suivi de sa grossesse.


Je suis enceinte depuis six mois et réside à La Roche sur Yon, la plus grande commune de Vendée. Comme toute future maman, j'ai cherché un gynécologue pour assurer le suivi de ma grossesse. Impossible : pas de place.

 

J'ai donc contacté l'hôpital : et bien là non plus je ne verrai pas de gynécologue. Seules les grossesses difficiles peuvent être suivies, car ils manquent de médecins. Ne sachant pas comment faire, je demande donc vers qui je dois m'orienter, et l'hôpital me renvoie vers mon médecin généraliste...

 

Heureusement que j'en ai un de médecin généraliste (pas facile à trouver lorsque je suis arrivée dans ce département, car beaucoup ne prenaient déjà plus de nouveaux patients). Et heureusement, mon généraliste a bien voulu assurer cela, mais ça ne me satisfait pas : ce n'est pas mon choix. Je n'avais pas envie de réaliser ces examens avec le médecin qui soigne mes rhumes, mes p'tits bobos, mes enfants : je trouve cela très gênant.


Les généralistes, ils doivent tout faire : ils palient au manque de pédiatre (c'est mon généraliste qui suit mes autres enfants), au manque de gynécos (la preuve), au manque de nutritionnistes, de dermatologue,  etc. Ce n'est pas normal, car du coup on n'a pas le choix, voire, on renonce à certains suivis.

 

Et l'accouchement, comment ça va se passer ? Et bien j'en sais trop rien... J'ai toujours été suivie et accouchée par des gynécos, mais là, je ne vais pas en voir un seul ! Le rendez-vous obligatoire à l'hôpital pour le 8ème mois : pas de place. Le rendez-vous obligatoire du 9ème mois : il sera assuré par une sage-femme.

 

Dans toute cette réduction de moyens, il y a quand même une petite chose qui me satisfait : c'est que cette fois-ci, je n'aurai, je pense, aucune difficulté à quitter la maternité au bout de 24 ou 48 h ! Mais je sais aussi que d'autres mamans seront mises à la porte rapidement alors qu'elles, elles auraient peut-être envie, voire besoin de rester plus longtemps à l'hôpital...

Une Maison Médicale innaccessible en Vendée

témoignage.jpgMadame R. rapporte l'impossibilité d'accéder à la maison médicale qu'elle fréquente pourtant depuis 15 ans, depuis la panne de l'ascenseur. Il n'est semble-t-il pas prévu de le remplacer.


Différents professionnels de sante exercent dans cette maison médicale  :
-    plusieurs médecins généralistes (1er et 2ème étage)
-    un dentiste (2ème étage)
-    une orthophoniste (2ème étage)
-    2 kiné (RDC)
-    Plusieurs infirmières (1er étage)

Un ascenseur dessert les étages, mais une personne en fauteuil électrique ne peut pas l’utiliser car il est trop petit.
En décembre, je me suis rendue chez mon médecin, j’étais en salle d’attente au 1er étage.
La secrétaire est alors venue m’informer que la société de maintenance allait mettre l’ascenseur hors service car l’entretien n’avait pas été réalisé, donc condamnation de l’ascenseur pour raison de sécurité.

Après ma consultation plusieurs personnes m’ont aidée à redescendre au rez de chaussé, en me soutenant. Je peux marcher un peu mais suis le plus souvent en fauteuil roulant.

A partir d’aujourd’hui je ne peux plus me rendre ni chez mon médecin, ni chez les infirmière, ni chez mon dentiste…

Plutôt que de me faire une prescription médicale de 3 mois comme d’habitude, mon médeci m’a fait une prescription de 6 mois expliquant que d’ici là les travaux ne seront certainement pas faits...

Ils me proposent de venir chez moi, alors que ça sera plus cher ! Ils m’ont répondu que comme cela me sera remboursé, je n’ai pas à m’en soucier ! Je ne trouve pas cela normal : je dois pouvoir aller consulter dans leurs cabinets, et il n'y a aucune raison que la sécurité sociale finance des déplacements qui ne sont pas justifiés par mon état de santé ! Je ne cautionne pas cette attitude qui consiste à abuser des remboursements.

Je n’ai pas d’alternative : je ne sais plus ou aller !

Il faut que je trouve un nouveau médecin généraliste ? C’est mission impossible : les médecins ne prennent pas de nouveaux patients sur ma commune (qui n'est pourtant pas un village). Idem pour les dentistes, c’est très difficile de trouver un nouveau dentiste, pour ne pas dire impossible...

Les marges et les frais de gestion des complémentaires santé augmentent, au détriment des assurés

1158314_nurse_1.jpg

Les assurances complémentaires santé se portent bien. Merci pour elles ! Selon l’UFC-Que choisir, qui a analysé le rapport que vient de rendre public l’Autorité de contrôle prudentiel (ACP) sur leur situation financière en 2010, le résultat technique du secteur (c’est-à-dire la différence entre les ressources et les dépenses) a bondi de 25 % en un an, pour atteindre 373 millions d’euros.

« Mais la rentabilité accrue ne provient absolument pas d’une plus grande efficacité dans la gestion », regrette l’association de consommateurs. Les frais des complémentaires santé ont en effet augmenté plus rapidement que les prestations versées (+ 5,64% contre + 4,25 %). En moyenne, près d’un euro de cotisation sur quatre est ainsi consacré aux dépenses de fonctionnement et de communication, qui représentent 7,3 milliards d'euros. Ce qui explique donc l'amélioration de leur santé financière, c'est l'augmentation du volume des cotisations : « entre frais hors de contrôle et marges en hausse, 30 % des cotisations nouvelles ont été absorbés par les organismes complémentaires à leur seul profit ».

Lire la suite sur le blog Faire Face

Vous ne trouvez pas de médecin ? Allez donc chez le vétérinaire !

Voici une drôle d'idée d'une adjointe au Maire à la Santé... Pallier la pénurie de médecins par les vétérinaires... Décidemment, ils n'ont pas fini de nous surprendre ces élus !