19/01/2012

Les dépenses de santé à la charge des ménages augmentent deux fois plus vite que leurs revenus

thermomètre.jpgLes dépenses de santé à la charge des ménages ont cru deux fois plus vite que leurs revenus depuis 2006 (16,6% contre 8,95%), selon l’UFC-Que choisir qui vient de rendre publique une étude sur le coût de la santé. En 2010, ils y ont consacré 41,9 milliards d’euros, dont 39% de paiements directs (dépassements d’honoraires, franchises, automédication, etc.), et 61% de cotisations aux assurances complémentaires. Ce qui représente, au total, 3,34% de leur budget, soit 665 € par an.

 

« L’explosion du coût de la santé pour les ménages résulte d’abord de la politique de santé menée dans le pays », relève l’UFC-Que Choisir. Avec notamment le désengagement de l’Assurance maladie de la prise en charge des soins courants. Si sa part dans le financement total des soins n’a que légèrement diminué (75,8 % en 2010, contre 77,1 % en 2004), cette apparence est trompeuse : c’est en effet le poids grandissant des exonérations de ticket modérateur (les affections longue durée – ALD) qui permet d’afficher une prise en charge publique élevée ; pour les individus hors-ALD, en revanche, les dépenses à leur charge propre ou à celle de leur complémentaire augmentent à grande vitesse.

 

Les dépassements d’honoraire explosent

Par ailleurs, les dépassements d’honoraires sont de plus en plus élevés et courants : ils ont représenté 2,5 milliards d’euros en 2010, soit deux fois plus qu’il y a vingt ans, hors inflation. Enfin, l’UFC-Que choisir pointe également du doigt les hausses de tarif des complémentaires santé. Hausses liée à l’accroissement de leur périmètre d’intervention, pour compenser le désengagement de l’Assurance maladie ; à l’alourdissement de la fiscalité sur les contrats ; mais aussi à des frais de fonctionnement qui « semblent hors de contrôle ». Ils représentent 22% des cotisations, soit près de 7 milliards d’euros. A titre de comparaison, les frais de gestion des différents régimes d’assurance santé publique se sont élevés à 7,67 milliards d’euros en 2010, pour un volume de prestations gérées cinq fois supérieur au privé.


source : Faire Face - Photo : DR

Les commentaires sont fermés.